Les Equipes, réseaux partenariat du milieu ouvert

Flash Info

Un grand merci aux 1055 congressistes pour leur participation à nos Assises Nationales - BIARRITZ 2018 ! A l'année prochaine...

Equipe – Réseaux Partenariats et Pluridisciplinarité

L’articulation entre le travail en équipe et le travail individuel est une tension créatrice qui est au cœur du travail social depuis ses origines. Les services de milieu ouvert n’y échappent pas. Ils ont toujours cherché à organiser institutionnellement la dialectique de cette tension. Ainsi la régulation des pratiques qui par ailleurs peuvent être multiples (« mosaïque des pratiques », « habit d’Arlequin »), constitue le socle unificateur des pratiques en milieu ouvert. Pour le CNAEMO, cette régulation des pratiques professionnelles qui est donc fondatrice mais aussi constitutive des services, est en fait la condition essentielle pour prendre en compte les problématiques familiales. Cette prise en compte ne peut s’envisager qu’à travers l’indispensableparticipation des familles concernées (quand elle est possible), dans un principe de coéducation comme nous y a invité, plus que jamais la loi du 2-01-2002.

Le CNAEMO considère qu’il faut s’attacher aux trois éléments fondamentaux qui structurent l’institution du milieu ouvert afin de penser la participation et la coéducation des familles : l’équipe, le partenariat et la pluridisciplinarité…

L’équipe 

Une équipe en milieu ouvert est souvent constituée d’éducateurs spécialisés, d’éducateurs techniques, d’un psychologue, d’un médecin psychiatre, d’un chef de service mais également d’une assistante sociale, d’une conseillère économie social et familial, d’un personnel administratif et de secrétaires voire même d’enseignants.

Le mandat en milieu ouvert qu’il soit administratif ou judiciaire, est trop important, trop grave dans ses enjeux pour laisser seul le travailleur social affronter des situations familiales bien souvent dégradées où la notion de danger de l’enfant est en permanence à évaluer. Si l’engagement et la responsabilité personnels de l’intervenant sont indispensables dans la conduite de la mesure, le laisser seul peut être un fait de non-assistance à personne en danger pour lui et la famille. L’institution doit donc garantir la prise en charge et la responsabilité collective de ce mandat. Elle doit faire en sorte que l’équipe soit cet espace de confiance, lieu de réflexivité, de transmission, gage d’estime de soi et de reconnaissance dans la confrontation avec ses pairs. L’équipe doit être cette instance de gestion des controverses et d’ajustements permanents des actions, des représentations au regard des expériences vécues. Elle doit garantir la culture du travail en milieu ouvert, faite de rites et de valeurs… Elle doit être le lieu de partage de ces valeurs et ainsi permettre cette réflexivité éthique des pratiques. C’est aussi cet espace interdisciplinaire qui doit accueillir, contenir et transformer les émotions, les angoisses et les tensions de chacun. Le projet de service et donc institutionnel doit garantir cette dimension collective dans les services de milieu ouvert. C’est à dire que le travail solitaire « sur le terrain » doit nécessairement être rattaché à un collectif afin d’éviter toute situation de solitude du travailleur social.

Le partenariat/réseau

Les premiers partenaires souhaités sont l’enfant et sa famille. Les intervenants ne peuvent déterminer d’emblée les ressources qu’il faudra mobiliser pour une situation. Ainsi, les partenaires et les réseaux peuvent être multiples en fonction des situations, des territoires.
Certains ce sont déjà mobilisés en amont de la décision de la mesure. Ils représentent les premiers contacts ou bases d’informations : le service d’enquête sociale, le service d’investigation et d’orientation éducative (SIOE), le service social départemental (assistants sociaux de secteur), des établissements spécialisés, des assistants sociaux scolaires. Parmi les plus fréquemment mobilisés en cours d’intervention, on retrouve : la famille élargie, les assistants sociaux de secteur, la protection maternelle et infantile, l'éducation nationale, les missions locales, les établissements spécialisés, des assistants sociaux scolairesPour le CNAEMO, cette dimension Partenariat / Réseau n’est possible et nécessaire à mettre en œuvre qu’à la condition que le travail en équipe soit effectivement opérant, car constitutif d’une altérité dans le champ social. Ça n’est en effet, qu’à partir d’une élaboration collective, garantie institutionnellement, que le travailleur social du milieu ouvert, fort de son identité et d’une position/parole, peut venir enrichir et s’enrichir du regard et de l’appréciation des autres partenaires institutionnels et du réseau dans lequel est inscrite la famille. C’est ainsi une manière de poursuivre cette approche plurielle des situations en y incluant la prise en compte des ressources propres de la famille et sa capacité à les mobiliser. Le milieu ouvert n’est pas un monde à part. Les services en milieu ouvert doivent effectivement prendre en compte l’inscription sociale et culturelle des familles et ainsi prendre part à son niveau, à une meilleure insertion de celles-ci, gage de son autonomie.

La pluridisciplinarité

L’action humaine est trop complexe à approcher pour se contenter d’un seul regard. C’est un postulat autant technique qu’éthique. La pluralité des approches et la diversité des regards, qui est en soi une posture clinique, doivent permettre le respect de la singularité des personnes et ainsi chercher des réponses adaptées et singulières dans différentes disciplines. C’est aussi en conjuguant les compétences pluri professionnelles que l’on prend conscience de la relativité de son seul point de vue, de sa pratique et que l’on réalise que la réalité complexe et mouvante des situations ne peut se satisfaire de traitements univoques et stéréotypés. C’est dans cette perspective que l’imprévisibilité des situations en milieu ouvert peut être appréhendée, dans l'interaction entre acteurs différenciés : interdisciplinarité. Cette approche interdisciplinaire doit, par l’échange des savoirs et des compétences dont celles de la famille, faire advenir une transdisciplinarité. C’est à dire des savoirs partagés qui mettent en œuvre une langue commune constituée avec les familles…

 

Retour en haut
Navigation Menu